VEF Blog

Titre du blog : Les lectures de Ludivine
Auteur : jailu
Date de création : 21-12-2011
 
posté le 16-03-2013 à 14:04:47

Sans sang, Alessandro Baricco


Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

" Dans la campagne, la vieille ferme de Mato Rujo demeurait aveugle, sculptée en noir contre la lumière du crépuscule. Seule tache clans le profil évidé de la plaine. Les quatre hommes arrivèrent dans un vieille Mercedes.          
La route était sèche et creusée - pauvre route de campagne. De la ferme, Manuel Roca les vit. Il s'approcha de la fenêtre. D'abord il vit la colonne de poussière s'élever au-dessus de la ligne des maïs. Puis il entendit le bruit du moteur. Plus personne n'avait de voiture, dans le coin. Manuel Roca le savait. Il vit la Mercedes apparaître au loin puis se perdre derrière une rangée de chênes. Ensuite il ne regarda plus. Il revint vers la table et mit la main sur la tête de sa fille. Lève-toi, lui dit-il. Il prit une clé dans sa poche, la posa sur la table et fit un signe de tête à son fils. Tout de suite dit son fils. C'étaient des enfants, deux enfants. "

 

Mon avis :

Deuxième lecture d’un roman de cet auteur dans la semaine et je dois dire que je suis envoutée par son écriture ! C’est puissant. Ce roman est très différent de Soie, plus violent, plus viscéral mais ce que Baricco provoque avec son écriture est magique. Ce roman, tout comme Soie, est court, il est découpé en deux parties séparées par une ellipse de temps assez longue, en gros on aura un évènement et ses conséquences des années plus tard. Au niveau de l’action c’est tout simple, il y a peu de personnages mais il y a énormément d’intensité dans ce qui est raconté. Par bien des égards ce texte m’a fait penser à une pièce de théâtre (c’est très positif), deux lieux, deux temps, des dialogues, des monologues et la dramaturgie et telle qu’on pourrait la retrouver chez Laurent Gaudé ou Wajdi Mouwad. Ce texte est également très visuel, j’ai tout « vu » du début à la fin, et sur un texte si court vous vous imaginez bien qu’il n’y a pas de description à la Chateaubriand. Un texte très fort, violent, sublime !

Je ne peux résister à l’envie de vous mettre un extrait « Regarde-moi. Je dis regarde-moi. Pendant toute la guerre j’ai tiré deux fois, la première c’était la nuit contre personne, la seconde j’ai tiré à bout portant, sur mon frère ».

 

Commentaires

Aux livres de mes ruches le 15-09-2013 à 21:50:31
Je partage tout à fait ton avis et tes sentiments vis-à-vis de cet ouvrage et de son auteur... Je ne peux que te conseiller ses autres romans. Ce génie de la forme courte parvient à entrecroiser des récits et à les faire ses succéder dans des romans plus longs avec un talent magistral. C'est toujours percutant, visuel, onirique, violent, magnifique.