VEF Blog

Titre du blog : Les lectures de Ludivine
Auteur : jailu
Date de création : 21-12-2011
 
posté le 25-01-2013 à 15:17:24

Je voudrais tant que tu te souviennes, Dominique Mainard

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Ce roman se déroule dans une petite ville française, divisée entre une cité et un quartier pavillonnaire cossu et somnolent.
Mado y habite seule un pavillon. Elle n'a jamais eu d'autre amie qu'Albanala, une étrangère, cartomancienne à ses heures. Un jour, celle-ci lui présente sa nièce, Julide, une fillette alors âgée d'une dizaine d'années, et au fil du temps une profonde tendresse naît entre Mado et l'enfant. Le père de Julide est né dans un pays étranger, et sa mère est issue d'une campagne française. Dans un lieu comme dans l'autre, les mariages sont le fruit de la raison et non des sentiments : ainsi l'adolescente est-elle fiancée dès l'âge de seize ans à un cousin, sort auquel elle se plie.
Mais Mado la voit se résigner avec tristesse et impuissance, avec le sentiment que s'éteint la flamme qui habitait la jeune fille. Un jour, Albanala retourne dans son pays natal sans un mot d'explication, mais avant cela elle fait jurer à sa nièce de veiller sur Mado. Arrive en ville un homme que l'on surnomme l'Indien. Dès l'instant où Mado l'aperçoit, elle en tombe éperdument amoureuse. Mais pourquoi le fuit-elle lorsqu'il cherche à l'approcher ? Et pourquoi Julide s'efforce-t-elle d'empêcher à tout prix une rencontre ? Tous les thèmes chers à Dominique Mainard sont présents dans ce roman, l'exil, le monde imaginaire, les secrets et les mensonges, et enfin, les rencontres improbables qui seules nous permettent d'échapper à nous-mêmes.

 

Mon avis :

J’ai lu ce roman sur les conseils d’une lectrice qui m’en avait fait moult compliments. Je n’ai pas été très disciplinée et l’ai lu en même temps que d’autres livres ce qui n’aide pas à s’immerger dans un univers et je dois dire qu’au début je l’ai lu avec assez peu de conviction. La première partie m’a fait cet effet-là, je tournais les pages sans attentes particulières ni grande curiosité, je trouvais que c’était lent, que ça piétinait quelque peu voire que ça tournait en rond.  Et puis avec la deuxième partie et une lecture plus rapide puisque exclusive, je me suis intéressée au destin de Mado. C’est le personnage que j’ai eu envie de suivre, ce qui a moins été le cas avec Julide. J’ai aimé la façon dont Mado voit le monde, son monde qui ne va pas plus loin que la bulle dans laquelle elle vit. Elle m’a attendrit et ce jusqu’à la fin. J’ai aimé l’écriture douce, précise et poétique. Ce qui m’a sans doute moins plus c’est cette forte impression de quotidien, de choses réglées et inchangeable. Des sentiments forts sont, la peur devant la mémoire qui s’échappe, la peur de la séparation, la douleur de Julide d’être exclue du petit monde de Mado… C’est un très beau livre mais qui n’a pas su me toucher plus que ça.