VEF Blog

Titre du blog : Les lectures de Ludivine
Auteur : jailu
Date de création : 21-12-2011
 
posté le 04-01-2013 à 17:35:19

Délicieuses pourritures, Joyce Carol Oates

Genre : Roman contemporain

 

Quatrième de couverture :

Une prestigieuse université féminine de la Nouvelle-Angleterre dans les années 75.
On conteste plus que jamais les valeurs bourgeoises sur fond de drogues, de cigarettes, d'art et de poésie. Gillian Brauer, 20 ans, brillante étudiante de troisième année, voudrait briller encore davantage aux yeux de Andre Harrow, son charismatique professeur de littérature, qui a décidé de faire écrire et lire en classe à ses élèves leur journal intime. Il n'octroie ses compliments qu'aux confessions les plus osées ce qui génère surenchères malsaines et incidents ravageurs parmi des filles survoltées, avides de retenir l'attention - et plus - du maître.

 

Mon avis : Mon premier Oates, ça fait un an que Petite sœur mon amour attend désespérément dans ma PAL alors que j’ai très envie de le lire, alors pour commencer en douceur avec la découverte de cette auteur, j’ai pris le parti de lire l’un de ses romans les plus courts. La quatrième de couverture n’a pas été sans aiguiser mon intérêt, j’aime les ambiances d’université américaine, les relations prof/élève, cette ambiance lourde et moite et de ce point de vu de là je n’ai pas été déçu. Le roman est court et se lit rapidement car l’écriture est fluide et les chapitres courts. L’intrigue est simple et on tourne les pages pour voir jusqu’à quel point l’auteur va pouvoir aller dans la perversion et la salissure  de cette malheureuse Gillian. J’utilise ses termes car au-delà de cet intérêt l’ensemble n’est pas vraiment complexe, les personnages sont assez caricaturaux : du professeur lubrique à l’artiste sexuelle en quête de muse et la jeune étudiante banale amourachée de son professeur mais tellement timide à côté de ses camarades qui lui semble avoir tellement plus d’attrait qu’elle-même… Mon côté sombre aime plutôt bien ça, je dois bien l’avouer ! Sans surprise mais l’auteur répond au contrat.