VEF Blog

Titre du blog : Les lectures de Ludivine
Auteur : jailu
Date de création : 21-12-2011
 
posté le 16-11-2012 à 15:47:41

Un Repas en hiver, Hubert Mingarelli

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture

Ce jour-là, trois hommes prennent la route, avancent péniblement dans la neige sans autre choix que de se prêter à une chasse à l'homme décrétée par leur hiérarchie militaire. Ils débusquent presque malgré eux un Juif caché dans la forêt, et, soucieux de se nourrir et de retarder le retour à la compagnie, procèdent à la laborieuse préparation d'un repas dans une maison abandonnée, avec le peu de vivres dont ils disposent. Les hommes doivent trouver de quoi faire du feu et réussir à porter à ébullition une casserole d'eau. Ils en viennent à brûler les chaises sur lesquelles ils sont assis, ainsi que la porte derrière laquelle ils ont isolé leur proie.
Le tour de force d'Hubert Mingarelli, dans ce roman aussi implacable que vertigineux, consiste à mettre à la même table trois soldats allemands, un jeune Juif et un Polonais dont l'antisémitisme affiché va réveiller chez les soldats un sentiment de fraternité vis-à-vis de leur prisonnier.

 

Mon avis

Trois soldats allemands ont le choix entre les fusillades ou la chasse à l’homme… Ils partent à travers la forêt à la recherche de juifs cachés, il fait froid, ils n’ont aucune envie de ramener un homme dont le destin serait scellé dès leur rencontre. Ils veulent rentrer, échapper au froid mais le spectacle qui les attends leur refroidie le cœur d’avantage. Finalement au cours de leur errance il trouve un juif et l’emmène avec eux. Une maison polonaise semblant abandonné leur fait face et ils décident d’aller y préparer leur repas et peut être se réchauffer un peu avant de rentrer à leur campement le soir. Ils ont un homme et pourront repartir le lendemain matin sur les routes… La préparation du repas est tout une aventure, la description des corps qui se tordent de froid et de faim, le souvenir d’un chez soi qui n’arrive plus à réchauffer l’âme. Un polonais antisémite va se joindre aux trois soldats et au juif, la tension est palpable mais le froid et la faim ont raison pendant un moment de la guerre et des animosités. Ces soldats au court du récit nous apparaissent très vite plus comme des hommes que comme des nazis, la plus grande aspiration qu’ils aient est de ne plus voir la mort, la plus grande crainte celle de trouver chez leur victime un être humain et de déceler en un détail (un flocon brodé sur un bonnet) que ces personnes avait une famille, un passé, quelqu’un qui les aimait. Au cours de la lecture et jusqu’au bout je me suis dit que ça serait une lecture vite oublié et je me surprends à repenser à des détails, des émotions. Un roman sombre, fort et sans espoir servi par une belle écriture.

 

 

 

Commentaires

Pampoune le 12-04-2013 à 09:39:48
J'ai beaucoup aimé ce roman et, comme toi, je salue l'écriture et le fait qu'on n'oublie pas facilement ces quelques pages.
christineb le 16-11-2012 à 15:54:00
Je ne connais pas ce roman mais j'avais lu du même auteur: Une Rivière verte et silencieuse, qui était le récit émouvant lui aussi des rapports entre un père et son fils. Votre commentaire me donne envie de lire Un Repas en hiver.