Les lectures de Ludivine

posté le 17-02-2013 à 15:51:21

Swap Saint Valentin

NONNNNNNNNNN tout s'est effacé!!!! (je réécrirai au fur et à mesure, je n'ai pas la foi là)

Swap organisé par Julianany sur Livraddict, j'ai eu le plaisir d'avoir comme binôme Charlybaby, ancien camarade d'iut et partenaire d'orgie de sushi.

Le colis devait contenir:
- 1 livre de la wish-list de votre swappé(e).
- 1 livre de votre choix en rapport avec le thème.
- 1 surprise pour amoureux (ou pour de futurs amoureux si votre swappé(e) n'a pas encore trouvé chaussure à son pied^^)
- Un ou plusieurs marque-page
- Une carte, une lettre, un petit mot (d'amour) sur le contenu de votre colis !
- Quelques gourmandises en rapport avec l'amour, la vie à 2 !

Les livres :

* La pharmacienne de Esparbec, roman érotique choisi par Charles, j'ai hâte de le découvrir je pense que je vais bien m'amuser!

* Amok suivi de Lettre d'une inconnue de Zweig, coup de coeur de Charles je suis très heureuse car ça fait longtemps que je dois lire cet auteur

* Tout ce qui brille, de Anna Godbersen, livre de ma wishlist

Les gourmandises (genre je suis gourmande, il m'a blindé!):

* Des spaghetti pour faire comme la Belle et le Clochard avec mon Namoureux

* Un sauce poivrons, figues et noisettes pour mettre dans les pâtes, donc je devais attendre de voir mon Namoureux pour la goûter mais j'ai céder... mais promis j'en rachèterai pour lui faire découvrir!

* des fraises tagada pink, j'adore, paix à leurs âmes, il n'y en a plus

* Des petits gâteaux d'amour réalisés par Charles lui-même, ça y est je les ai fini, très très bons avec du lait frais, miam!

* Du thé exotique, je ne bois pas de thé mais il fera le délice de mes invités :-)

* Des petits coeurs choco croc', j'en ai également envoyé à Charles

* Un déclice sheba car Charles à également à ma peluche d'amour, mon chaton chéri, ma Nala d'amour (d'ailleurs en rentrant en week-end je l'ai oublié, elle devra patienter ma minette mais qu'elle joie ça sera pour elle, et peut être que même elle ne me boudera pas à cause de mon absence prolongée! wait and see)

Les surprises:

* Des boucles d'oreille et une bague sushi pour que je me rappelle toujours nos orgies de sushi!

* Une très jolie boîte rose à petits pois qui contenait toutes ses merveilles

* Un très beau ET original marque page avec des gambettes portant magnifiquement des escarpins! So glamUr

* Un tampon I <3 you pour nos toasts d'amoureux! J'adore encore une fois très original

Je dois dire que ce swap fait partie des meilleurs swaps que j'ai pu faire, pas seulement parce que je connais Charles et que j'ai du plaisir à être en binôme avec lui, mais aussi parce que je l'ai senti totalement investi (ce qui met en confiance) et que Charles a su faire preuve de beaucoup d'originalité, alors MERCI mille fois.... et je suis déçue que tu es décliné mon offre de mariage!lol JE t'aime <3

 


Commentaires

 

1. julianany  le 22-02-2013 à 09:47:24  (site)

Très joli colis ! J'adore le mp, je me demande où il a pu trouver tout ça, la boîte est très jolie en plus !

2. firiel  le 23-02-2013 à 15:57:34

j'adore le contenu du colis!!!

Franchement j'aimerais trop faire des Swap, il faudrait que tu m'expliques un jour comment ça marche ^^

3. Mack  le 07-03-2013 à 15:04:32  (site)

Ah bah ça, ah bah ça ! Vous faites des swaps magiques entre vous ? Je suis jalouuuuuuse ! XD

 
 
 
posté le 02-02-2013 à 16:32:32

L'Art du jeu, Chad Harbach

Genre : roman

 

Quatrième de couverture:

Henry Skrimshander est une véritable star du baseball : dans l équipe du Westish College, petite université du Wisconsin, il conclut tous ses matches par un sans-faute. Jusqu au jour où il rate un lancer facile. Son destin, ainsi que la vie de quatre personnes, prennent alors un tournant décisif.
Déstabilisé, Henry remet en cause la brillante carrière à laquelle il est promis. Guert Affenlight, le président de l université, tombe contre toute attente éperdument amoureux. Owen Dunne, coéquipier homosexuel de Henry, s embarque dans une liaison dangereuse, tandis que Mike Schwartz, capitaine de l équipe de baseball, est pris de doute sur son avenir et sur le rôle de mentor qu il a joué pour Henry. Enfin, Pella Affenlight, la fille de Guert, revient à Westish pour échapper à un mariage malheureux et recommencer une nouvelle vie. Alors que les derniers matches de la saison approchent, ces cinq personnages vont devoir affronter leurs espoirs, leurs angoisses et leurs secrets les plus intimes. Ensemble, ils vont s aider à trouver leur voie et tisser de nouveaux liens. Tendre et subtil, L'Art du jeu évoque, à travers des personnages attachants, aussi bien l amitié, l amour et la famille, que les aspirations de chacun, l ambition et ses limites.

 

Mon avis :

J’avais lu de bonnes critiques et j’avais très envie de découvrir ce roman sur le thème du base-ball. Ma petite sœur a pratiqué pendant des années ce sport à haut niveau et je suis, par ce fait, particulièrement sensible à ce thème. L’épaisseur du livre me faisait un peu peur et finalement la lecture s’est révélée très fluide, les pages se sont tournées rapidement et la narration m’a de toute façon emportée sans que le problème du nombre de page soit un obstacle, bien au contraire. Chaque personnage est installé, approfondi et on devient vite inquiet pour leur sort. Les relations humaines sont décrites avec finesse et justesse, j’allais dire « brio ». Les personnages sont différents les uns des autres, mais il y a une certaine symbiose entre eux, ils ont du mal à exister les uns sans les autres. C’est un roman profondément humain que je recommande à tous et nul besoin d’être féru de sport pour s’y retrouver, et vous vous étonnerez de vivre les matchs si intensément ! J’ai aimé ce fond d’université américaine, ce sentiment d’appartenir à un endroit, et plus encore avec le sport à une famille. La quête de l’idéal, de la beauté du geste, du renouveau, de soi sont autant de thèmes abordés dans ce roman empreint d’une certaine nostalgie.

 

 


 
 
posté le 30-01-2013 à 14:11:10

La princesse et le pêcheur, Minh Tran Huy

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Jamais un conte n'est vraiment innocent, ni tout à fait dénué de cruauté. En la personne de Nam, jeune Vietnamien depuis peu réfugié en France, la narratrice croit reconnaître le prince charmant. Ils sympathisent, se revoient, se confient, s'inventent un territoire secret. Mais quelque chose éloigne les gestes de l'amour : le beau garçon la traite comme une petite sœur. A quelque temps de là, elle accompagne ses parents au Viêtnam, où ils retournent pour la première fois. Devant elle, née en France, élevée et protégée comme une fille unique, le rideau se déchire. Les secrets affleurent, les rencontres dévoilent les tragédies qu'ont connues les siens. Que Nam a laissées derrière lui, peut-être... La Princesse et le Pêcheur dessine une vietnamité aussi réelle qu'impartageable, un pays immatériel que Minh Tran Huy imprègne d'une fausse candeur toute de retenue, qui cache une mélancolie profonde. Elle y inscrit la présence de l'ami si difficile à retrouver, parce que l'Histoire est passée par là. Ou simplement le temps. Plus violent que les contes...

 

Mon avis :

Ce roman m’a été conseillé par une lectrice et ce fut une belle découverte. Je ne suis pas très au fait de l’histoire du Vietnam et ne connaissait pas les boat people. Au travers de l’histoire de Lam et de Nam on aborde deux facettes du Vietnam. Les deux adolescents se rencontrent lors d’un voyage linguistique avant de retourner en France. Très vite une amitié très forte naît entre eux. Lui a ses racines très ancrées au Vietnam tandis qu’elle assez peu. Entre chaque chapitre, quelques lignes d’un conte vietnamien dont on ne connaitra l’issue qu’à la fin du roman. Nam a cette tradition du conte et en raconte également à la jeune fille. Le jour où il disparaît, celle-ci va reprendre cette tradition et ainsi apprendre à mieux connaître son pays d’origine et tenté de comprendre son ami perdu. Beaucoup de délicatesse dans ce roman, les questions des racines et de l’identité sont abordées avec finesse. De très jolis moments sont décrits, j’ai particulièrement été touché par la scène du piano. Lam est une férue de littérature et m’a donné envie de découvrir Haruki Murakami.

 

 

 


 
 
posté le 25-01-2013 à 15:17:24

Je voudrais tant que tu te souviennes, Dominique Mainard

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Ce roman se déroule dans une petite ville française, divisée entre une cité et un quartier pavillonnaire cossu et somnolent.
Mado y habite seule un pavillon. Elle n'a jamais eu d'autre amie qu'Albanala, une étrangère, cartomancienne à ses heures. Un jour, celle-ci lui présente sa nièce, Julide, une fillette alors âgée d'une dizaine d'années, et au fil du temps une profonde tendresse naît entre Mado et l'enfant. Le père de Julide est né dans un pays étranger, et sa mère est issue d'une campagne française. Dans un lieu comme dans l'autre, les mariages sont le fruit de la raison et non des sentiments : ainsi l'adolescente est-elle fiancée dès l'âge de seize ans à un cousin, sort auquel elle se plie.
Mais Mado la voit se résigner avec tristesse et impuissance, avec le sentiment que s'éteint la flamme qui habitait la jeune fille. Un jour, Albanala retourne dans son pays natal sans un mot d'explication, mais avant cela elle fait jurer à sa nièce de veiller sur Mado. Arrive en ville un homme que l'on surnomme l'Indien. Dès l'instant où Mado l'aperçoit, elle en tombe éperdument amoureuse. Mais pourquoi le fuit-elle lorsqu'il cherche à l'approcher ? Et pourquoi Julide s'efforce-t-elle d'empêcher à tout prix une rencontre ? Tous les thèmes chers à Dominique Mainard sont présents dans ce roman, l'exil, le monde imaginaire, les secrets et les mensonges, et enfin, les rencontres improbables qui seules nous permettent d'échapper à nous-mêmes.

 

Mon avis :

J’ai lu ce roman sur les conseils d’une lectrice qui m’en avait fait moult compliments. Je n’ai pas été très disciplinée et l’ai lu en même temps que d’autres livres ce qui n’aide pas à s’immerger dans un univers et je dois dire qu’au début je l’ai lu avec assez peu de conviction. La première partie m’a fait cet effet-là, je tournais les pages sans attentes particulières ni grande curiosité, je trouvais que c’était lent, que ça piétinait quelque peu voire que ça tournait en rond.  Et puis avec la deuxième partie et une lecture plus rapide puisque exclusive, je me suis intéressée au destin de Mado. C’est le personnage que j’ai eu envie de suivre, ce qui a moins été le cas avec Julide. J’ai aimé la façon dont Mado voit le monde, son monde qui ne va pas plus loin que la bulle dans laquelle elle vit. Elle m’a attendrit et ce jusqu’à la fin. J’ai aimé l’écriture douce, précise et poétique. Ce qui m’a sans doute moins plus c’est cette forte impression de quotidien, de choses réglées et inchangeable. Des sentiments forts sont, la peur devant la mémoire qui s’échappe, la peur de la séparation, la douleur de Julide d’être exclue du petit monde de Mado… C’est un très beau livre mais qui n’a pas su me toucher plus que ça.

 

 

 


 
 
posté le 18-01-2013 à 15:38:37

Cyanure, Camilla Läckberg

 Lu dans le cadre D'un livre de ma PAL chez June

 

 Genre : Policier

 

Quatrième de couverture :

Quelques jours avant Noël, sa petite amie, Lisette Liljecrona, invite Martin Molin (collègue de Patrick Hedström) à venir passer le week-end avec sa famille sur la petite île de Välo en Suède. L’idée ne l’enthousiasme guère et c’est à contrecœur qu’il accepte de l’accompagner. Ses appréhensions se voient confirmées lorsqu’il fait la connaissance des Liljecrona. Avec plus ou moins d’élégance, tous s’acharnent à obtenir les faveurs du patriarche dont la fortune s’élève à plusieurs milliards de couronnes. Cette course à l’héritage tourne court lorsque, le soir même, Ruben, déçu et furieux contre les membres de sa famille, affirme les avoir déshérités. Gagné par son emportement, le vieil homme meurt soudainement, vraisemblablement victime d’un malaise cardiaque. Une tempête de neige fait rage dans la région et les hôtes sont dans l’impossibilité de regagner le continent. Martin prend alors la situation en main et constate que Ruben a été empoisonné. Personne n’a pénétré dans la maison, le meurtrier est donc forcément parmi les convives. En les interrogeant, le jeune policier tente avec peine de démêler les vieilles rancœurs familiales des pistes plus sérieuses. Seul Matte, l’un des petits-enfants de Ruben, semble sincèrement affecté par sa mort. Comme tous les moyens de communication avec l’extérieur sont coupés, Martin se retrouve livré à lui-même face à sept suspects. Bientôt, un nouveau meurtre est commis. Le cadavre de Matte est retrouvé étendu dans sa chambre, une blessure par balle déchirant sa poitrine… Mêlant heureusement les influences de Conan Doyle et d’Agatha Christie, Camilla Läckberg nous offre dans ce spin-off une variation réjouissante et glaçante sur le roman policier classique.

 

Mon avis :

Cyanure mon premier Läckberg, je lis assez peu de polar et pourtant j’y éprouve du plaisir à chaque fois ( ?) je suis très bon public ! Celui-ci se lit d’une traite (deux en fait !lol). Ce roman ne contient pas de chapitre et ça m’a d’abord un peu effrayée, j’aime savoir que je peux interrompre ma lecture et si les chapitres sont courts c’est encore mieux, mais je dois bien avouée que pour le coup ça ne m’a pas gêné. Nous arrivons avec Martin sur île où se trouve le gite où il va passer Noël avec sa petite amie et la famille de celle-ci. Le paysage est enneigé, le gite est beau et la tempête commence à faire rage. Vous sentez le sensation d’isolement ? Si vous avez l’impression de contempler une carte postale c’est que vous n’avez pas encore été présenté à la famille de Lisette qui n’est pas vraiment accueillante, ceci sera vite confirmer par le meurtre du grand-père lors d’un repas familiale (je comprends certaine personne qui fuie ce genre de manifestation !). Martin, qui est policier, va dès lors devoir prendre les choses en main et commence à mener l’enquête. Il n’est pas très bon, il piétine et soit dit e passant, tous les membres de la famille ont une bonne raison d’avoir tué le vieil homme. Résumons nous sommes sur une île, dans un gite, le téléphone est coupé, impossible de rejoindre le continent (cause : tempête) et vous êtes au milieu de tueurs potentiels… là tout de suite je pense à 8 femmes (et au Crime de l’Orient express) mais je m’égare… quoi que ! Meilleure enquêtrice que notre cher Martin j’ai très vite deviné le fin mot de l’histoire, la fin est d’ailleurs assez vite expédiée, dommage. J’ai aimé l’ambiance, le rythme, la fluidité et je retrouverai cette auteur avec plaisir avec une intrigue peut être un peu plus complexe et un suspens à couper le souffle.
 


Commentaires

 

1. charlybaby  le 18-01-2013 à 17:21:14  (site)

Coucou Nyenna,

Cyanure est le plus mauvais de TOUS les Camilla Lackberg, et de très très loin ! S'il t'a plu, tu adoreras alors forcément les autres qui sont beaucoup mieux construits et bien plus étoffés !

Bisous
Charly.

2. Mack  le 09-02-2013 à 12:58:47  (site)

Et bien le commentaire de Charles me rassure : j'ai envie de lire les Camilla Läckberg depuis bien longtemps (d'ailleurs je pense que La Princesse des glaces va rejoindre ma PàL dès ce soir...) et Cyanure a été pour moi une horrible déception ! =/

Déjà, je ne suis pas une adepte des huis-clos et puis surtout, comme tu dis, j'ai trouvé ça trop "facile" ! On sent venir le truc de loin, on s'ennuie. Enfin, je me suis ennuyée disons. Même, ou surtout, les grandes "balades", ce côté "carte postale" justement... Enfin voilà, grosse déception mais vu le succès de la série des Erica Falck je crois encore en cette auteure ! ^^

Bizoux !

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article