Les lectures de Ludivine

posté le 05-07-2014 à 14:57:48

La Petite reine de Bahia, Alejandro Reyes

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

 À tout juste dix ans, Maria Aparecida est d’une beauté rare, et il émane d’elle une joie de vivre contagieuse qui séduit tous ceux qui la rencontrent. Après la mort de sa mère, elle déménage à Bahia pour gagner sa vie en vendant des cacahuètes et en cirant des chaussures.
Un jour, elle fait la connaissance de Betinho, jeune homosexuel à peine plus âgé qu’elle. Lui aussi a été sacrément cabossé par la vie. Il sera le frère, l’ami, l’allié de la petite fille. Le jour où un flic véreux décide que Maria Aparecida est en âge de se prostituer pour des touristes étrangers, les deux gamins décident de s’enfuir.
Magnifique mélodrame inspiré d’une histoire vraie, La petite reine de Bahia est le récit âpre et dur d’une amitié indestructible qui éclôt au milieu du chaos. Maria et Betinho, ces oubliés de la vie qui transitent dans les bas-fonds de Salvador, incarnent ce Brésil mystérieux, sensuel, misérable et insouciant à la fois.

 

Mon avis :

L’histoire est racontée par Betinho, jeune adolescent des rues qui va prendre sous son elle Maria Aparecida qui fuit son chez elle suite à des circonstances tragiques. La bienveillance et l’amour que porte Betinho à Maria rend ce récit très fort, leur relation fusionnelle fait de Betinho un narrateur omniscient. Nous sommes plongés au cœur des rues de Bahia avec ces atrocités : drogue, prostitution, saleté, aux côtés de ces enfants, à peine encore adolescents qui essaient de vivre (survivre) chaque jour. Maria est un personnage très attachant, colérique, impulsif mais aussi lumineux et sensuel. Le récit est envoutant, on est comme entraîné par la main de Maria et on peine à imaginer que cette histoire est tirée de fait réel, en effet Alejandro Reyes est journaliste et a été travailleur social auprès des enfants des rues (nous précise la quatrième de couverture). L’écriture est forte, fluide, des faits terribles sont dépeints mais sans jamais tomber dans le trash et la gratuité. Loin des images colorées de la fête, on découvre une autre réalité sur le Brésil. Merci à babelio et aux éditions Denoël de m’avoir permis de découvrir ce « joli » texte !

 

 


Commentaires

 

1. Jakin  le 06-07-2014 à 09:14:09  (site)

Compliments pour la photo du jour et pour ce résumé....Bon dimanche....smiley_id210602

2. Ninachatoune  le 06-07-2014 à 18:15:54  (site)

Bonjour, je viens de tomber sur votre blog, et j'adore, je viens de faire le tour, et j'ai noté quelques livres que je vais lire, et certains que j'ai déjà lu..j'aime beaucoup les blogs consacrés aux livres, celà me permet de trouver des merveilles..je viens de voir aussi que vous participez à des Swap...? Celà m'a l'air sympa, je dois me renseigner où pour participer..Merci d'avance et félicitation pour ce blog
Nina

3. lydie17  le 06-07-2014 à 21:13:09  (site)

Bonsoir, félicitations pour la photo du jour :-)
Beau résumé de ce livre qui me donne envie de le lire!
Bonne soirée :-)

 
 
 
posté le 29-04-2014 à 09:52:18

Premier appel du paradis, Mitch Albom

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Le petit village de Coldwater, près du lac Michigan, serait-il le théâtre d’un véritable miracle ? Un beau jour d’automne, le téléphone sonne chez plusieurs de ses habitants. Sauf que tous les appels proviennent de personnes décédées. Ce même jour, Sully Harding sort de prison et revient à Coldwater, sa ville natale. Lors de son séjour derrière les barreaux, sa femme est morte, le laissant le cœur brisé. Il est désormais père célibataire et espère reconstruire sa vie. Mais à son retour, il découvre un village en proie à la fièvre religieuse. Quand son propre fils s’y laisse prendre dans l’espoir d’un appel de sa mère, il est déterminé à prouver qu’il s’agit seulement d’un gigantesque canular. Mais est-ce bien le cas ?

 

Mon avis :

Une petite ville où tout le monde se connait qui vit sans heurts jusqu’au jour où quelques personnes reçoivent des appels de proches décédés. Une idée de départ assez séduisante. Malheureusement, l’ensemble est trop sage, convenu et si l’écriture est fluide la lecture n’en est pas moins un peu laborieuse car le rythme lent plombe l’ensemble. J’ai eu l’impression de lire la fin comme le début sans crescendo, sans variation et je me suis donc un peu ennuyée. Certains personnages sont attachants et il aurait été intéressant d’en découvrir plus sur eux. Le tout est superficiel et redondant. C’est dommage car encore une fois, la quatrième  de couverture promettait une enquête, du suspens, des questionnements. L’auteur aurait pu aller plus loin sur l’ampleur médiatique, sur la religion, sur l’effet de groupe…. Que sais-je. Je pense que j’aurai vite oublié ce titre. Je remercie cependant babelio et les éditions Kero de m’avoir fait découvrir l’auteur dont j’avais lu les mérites d’un précédent titre.

 


 
 
posté le 22-04-2014 à 11:28:12

Pour quelques milliards et une roupie, Vikas Swarup

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

Vendeuse d’électroménager pour entretenir sa famille, harcelée chaque jour par sa sœur, starlette en devenir, son propriétaire pressé et son patron incompétent, Sapna Sinha voit s’éloigner toujours un peu plus ses rêves d’avenir. Mais voilà qu’un jour, le plus grand patron d’Inde lui offre sa fortune et son entreprise, à condition qu’elle passe sept mystérieuses épreuves. S’agit-il d’un jeu cruel ou se pourrait-il que ses prières soient enfin exaucées ? Embarquée malgré elle dans d’incroyables aventures auprès de stars désespérées, de jeunes fiancées suicidaires et d’enfants exploités, Sapna devra prouver sa vaillance, son empathie et son honnêteté afin de construire un avenir meilleur pour elle et sa famille.

 

Mon avis :

Sapna est vendeuse d’électroménager et fait vivre grâce à son salaire sa mère et sa petite sœur. Au hasard d’une rencontre, elle se voit offrir par un riche patron de devenir PDG d’une entreprise à condition de réussir sept épreuves. Les difficultés de sa vie à ce moment vont la pousser à accepter ses épreuves, épreuves prétextes à parler de l’Inde d’aujourd’hui. Si l’ensemble est convenu et l’issue de chaque épreuve cousue de fil blanc, je n’ai pas boudé mon plaisir. Plaisir aussi de voyager en Inde avec ses parts d’ombres et de lumières, ses contrastes si forts. Un roman aux allures de conte moderne sans doute un peu moraliste mais dépaysant.

 

 

 


Commentaires

 

1. calie  le 22-04-2014 à 17:13:12  (site)

Bravo, tu es photo du jour Sourire
C'est toujours intéressant de connaître des nouveaux livres ou auteurs.

2. christineb  le 22-04-2014 à 21:34:17  (site)

Bravo pour la photo du jour qui me permet de découvrir votre blog et vos idées de lecture.

 
 
 
posté le 26-02-2014 à 10:56:54

Momo des halles, Philippe Hayat

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

 

« Nous avons quitté notre appartement de Fontenay aux Roses le 25 Août 1941. Pour moi, ce jour-là, le monde s’est défait ».

Un matin de 1941, le jeune Maurice et sa petite sœur, Marie, se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une chambre de service nichée au coeur des Halles. Paris est occupé par les nazis. Leurs parents viennent d’être arrêtés. Ils doivent se cacher et ne jamais dire qu’ils sont juifs.

Bulle, la prostituée de la chambre voisine, les prend sous son aile, et sa joie de vivre égaie leur clandestinité. La journée, Maurice fait la classe à Marie. La nuit, il descend sur le carreau à la recherche d’un peu de nourriture. Au contact de trafiquants à la sauvette, il s’initie au commerce et prend goût aux affaires, jusqu’à devenir Momo, le petit Prince des Halles. Pour un temps…

Inspiré de faits réels et remarquablement documenté, Momo des Halles est l’histoire d’un jeune garçon qui survit et s’impose dans une époque qui ne voulait pas de lui. Un destin épique et émouvant.

 

Mon avis :

Une nouvelle approche de la seconde guerre mondiale, nous sommes dans Paris, dans le quartier des halles, les parents de Momo et Marie ont été raflé et tout deux survivre dans une pièce exigüe.  La vitalité de Momo, ses espoirs et son amour pour sa petite sœur vont l’amener à devenir une figure emblématique du quartier des halles, une sorte de mascotte. J’ai aimé lire quelque chose de différent sur la guerre et la déportation, bien loin des camps et des combats, on lit comment l’habitant lambda traçait son chemin chaque jour, les rationnements, les commerces de proximité. Le roman est découpé en trois parties, les halles, l’entreprise « traiteur » de Momo puis son emprisonnement. Ces parties ont chacune une tonalité différente, on y découvre chaque fois des personnages qui bien que secondaires sont bien décrits et sont attachants. J’ai aimé cette plume fluide, cette façon de raconter à la limite du conte. Ce que je retiendrai au bout de quelques temps c’est l’impression de forte luminosité que j’ai ressenti à la lecture de cette histoire, même dans les moments d’abattements, de froid, de lassitude. Merci à Babelio et aux éditions Allary de m’avoir fait découvrir ce livre et cet auteur.

 


 
 
posté le 08-02-2014 à 16:19:06

Mistinguette T.4, Amandine et Greg Tessier

Genre : BD jeunesse

 

Quatrième de couverture :

 Oh non, c’est pas vrai ! Les parents ont encore décidé de se mêler de ce qui ne les regarde pas… Un voyage au ski surprise pendant les vacances de Noël ! Ce que Mistinguette redoute par-dessus tout ? Le froid évidemment et le ski. Elle n’en a jamais fait… Son quotidien va être bouleversé, ce qui ne l’enchante guère. Heureusement, ses amis répondront toujours présents et ses histoires de cœur prendront une nouvelle tournure…

 

Mon avis : J'avoue avoir eu quelques a priori sur cette bande-dessinée, je ne trouve pas la couverture très jolie et j'avais "peur" de prendre le train en route sans avoir découvert les personnages dans les précédents tomes. Cette lecture a été une bonne surprise! On suit les aventures de Chloé qui part en classe de neige, d'abord un peu angoissée à l'idée de partir, elle va vite se rendre compte que c'est une chouette expérience. Si les personnages sont un peu caricaturaux, il faut se rappeler quel public est visé et du coup ça ne me dérange pas. Pas de gros gags mais de petits évènements qui collent assez bien à notre réalité, les jeunes lectrices pourront facilement s’identifier. Je dis "lectrices" car il s'agit d'une bande-dessinée très girly! Un petit test à la fin est d'ailleurs destiné aux jeunes demoiselles. Il ne me reste plus qu'à faire découvrir cette bande-dessinée à ma nièce qui sera sans nul doute ravis! Merci aux éditions Jungle et à Babelio de m'avoir fait découvrir cette BD

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article