Les lectures de Ludivine

posté le 29-06-2013 à 14:55:18

Chrysis, Jim Fergus

Genre : Roman

 

Quatrième de couverture :

 Paris, 1925. Gabrielle “Chrysis” Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à L’Atelier de Peinture des Élèves Femmes de L’École des Beaux-Arts, pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de George Braque. Exigeant, colérique, cassant, Humbert, âgé de 83 ans, règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes. Mais malgré toute son expérience, il va vite se rendre compte que Chrysis n’est pas une élève comme les autres. Précoce, volontaire, passionnée et douée d’un véritable talent, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu privilégié et un monde de l’art où les hommes jouissent de tous les privilèges. Elle ne tardera pas à se perdre dans les plaisirs désinvoltes et à devenir l'une des grandes figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des années folles. C’est là qu’elle va rencontrer Bogey Lambert, un cow-boy américain sorti de la légion étrangère, avec qui elle va vivre une folle histoire d’amour. Dans un préambule émouvant, Jim Fergus nous raconte une histoire personnelle très forte liée à l'une des œuvres de Chrysis Jungbluth, peintre tombée à tort dans l’oubli. C’est cette histoire qui l’a mené à s’intéresser à la vie de cette artiste. Après de longs mois d’enquête, il a réuni un bon nombre d’éléments biographiques qui lui ont permis de romancer le destin bouleversant de cette héroïne passionnée et passionnante, à une époque unique de l’Histoire du XXe siècle, où tout semblait permis.

 

Mon avis :

Gros coup de cœur! ça faisait longtemps qu'une histoire m'avait autant fasciné! L'avant-propos de Jim Fergus est une plus-value. Nous suivons en parallèle l'histoire de Bogey, un jeune cow-boy américain qui va quitter son Colorado natale pour combattre aux côtés de l'armée française durant la première guerre mondiale et l'histoire de Gabrielle alias Chrysis, jeune femme faisant ces premiers pas dans un atelier d'artiste. Cette immersion dans le Paris des années folles m'a totalement séduite, l'ambiance sensuelle, vivante, emplie de musique et d'arts en tous genre est envoutante. L’érotisme qui imprègne le texte reste toujours de bon goût. A lire d'urgence! Je ne manquerai pas de découvrir très vite les autres textes de l'auteur!

 


 
 
posté le 09-04-2013 à 19:55:53

Le Tigre bleu de l’Euphrate, Laurent Gaudé

Genre : Théâtre

 

Quatrième de couverture:

Alexandre va mourir. Après avoir battu le grand Darius, conquis Babylone et Samarkand, après avoir construit des villes et fondé un immense empire, il est terrassé par la fièvre. Il ne lui reste que quelques heures à vivre. Il ne tremble pas. Il contemple la mort et l'invite à s'approcher pour lui raconter lui-même ce que fut sa vie. Alexandre parle et la mort l'écoute. Le laissant revivre l'ivresse de son épopée et ressentir, une dernière fois, le désir. Celui de ne jamais interrompre sa course. De s'enfoncer toujours plus loin, dans des terres inconnues. Le désir de rester toujours fidèle à cette soif intérieure que rien ne peut étancher.

 

Mon avis :

Encore une fois je me suis laissée entraîner par la beauté de la poésie de l’écriture de Laurent Gaudé. Une écriture forte et simple à la fois. Cette fois, nous suivons les derniers instants d’Alexandre. Celui-ci est mourant et revient sur sa vie, sa quête de grandeur, ses choix, ses regrets. Un récit donc à la première personne, aucun dialogue même si des personnages gravitent autour d’Alexandre. Je me suis souvent dit d’ailleurs que j’aimerais le voir sur scène car c’est une prouesse et de metteur en scène et de comédien de jouer ce texte. Ce qui sont réticents au texte de théâtre y trouveront sans doute leur compte, pas de dialogues ni de personnage à foison, pas de didascalie ce qui laisse libre court à l’imagination du lecteur qui peut lire ce texte comme une nouvelle. Ensuite nul besoin d’être un expert en histoire pour apprécier ce texte où Alexandre apparait comme une personne profondément humaine, que c’est beau quand il parle du Tigre mais aussi de Darius ou encore de ces aspiration à un royaume sans frontière et métissé. Les descriptions sont fabuleuses. Pour ma part j’ai été conquise par ce personnage et par la façon dont il narre son histoire.

 


Commentaires

 

1. Mack  le 16-04-2013 à 00:16:50  (site)

Ça ressemble beaucoup à Pour seul cortège quand même, vu de loin...

 
 
 
posté le 09-04-2013 à 19:40:14

La sélection, Kiera Cass

Genre : Dystopie jeunesse

 

Quatrième de couverture :

Elles sont trente-cinq jeunes filles : la "Sélection" s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure.
Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'œil des caméras... Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés...

 

Mon avis :

J’avoue que je m’attendais à un Battle Royale en robes de princesse, j’ai de bien drôles d’idées et j’étais très loin de la réalité. On a une héroïne parfaite, un prince charmant parfait, une histoire parfaite, un décors parfait… Si vous voyez ce que je veux dire. Notre chère America ne souhaite pas participer à la Sélection, elle est déjà amoureuse et ne vit qu’au travers les yeux de son cher et tendre, mais en cachette, elle doit se réserver pour son prince. Quand arrive la Sélection, sa famille et son amoureux la pousse à participer et dites moi pas que c’est pas vrai elle est sélectionnée car elle est tellement jolie, elle a tellement un joli sourire, elle est tellement naturelle, elle est tellement Parfaite, vous m’ôtez les mots de la bouche ! Mais dites moi pas que c’est pas vrai encore elle va vivre une grosse déception avant son départ, grosse déception qui va lui faire envisager les choses autrement, après tout un prince ce n’est peut être pas si mal. Arrive l’heure de la rencontre avec les autres sélectionnées (attention pestes en vue !), relooking, émission de télé, séance photo, rencontre avec le public, la sélection commence, mais des forces maléfiques s’en mêlent, ah ah ! et le franc parlé de notre jeune première combiné à son attitude parfaite pourrait bien lui valoir quelques animosités (et puis répétons le encore une elle est si belle !) des autres candidates. Oh mais qui voilà dans le château… je ne vous le dirais pas mais encore une fois le cœur de notre héroïne chavire, parce qu’elle est jeune est naïve… Mais qu’elle SUSPENS !!! Après la lecture de différentes critiques, je m’attendais à plus de complexité, de profondeur, de rythme, de suspens, mais mon côté midinette a pris le dessus et j’ai passé un agréable moment et même que je veux connaître la suite (genre on n’a pas compris…. !lol).

 

 


 
 
posté le 09-04-2013 à 19:35:42

Road Tripes, Sebastien Gendron

Genre : Roman contemporain

 

Quatrième de couverture :

Vincent, musicien raté, piètre époux et père, se retrouve à distribuer des prospectus dans les boites à lettres pour gagner sa vie. Son existence semble s’enkyster dans l’échec, la médiocrité et l’ennui quand il rencontre Carell, demi-demeuré et vrai voyou. Embarqué malgré lui dans une fuite en voiture à travers la France, où les deux compères accumulent catastrophe sur catastrophe, Vincent apprend petit à petit à contrôler sa vie, à prendre des décisions, à les assumer, à s’imposer… même si c’est pour le pire.
Un polar moderne, bourré de références et plutôt décapant qui arrive à parler de sujets graves avec humour. Un auteur à découvrir !

 

Mon avis :

Frank, musicien paumé, mit à la porte par sa femme, devient distributeur de tracts. Avec cette nouvelle activité, il rencontre Carell, autre paumé un peu déséquilibré de surcroît, qui va l’entraîner sur la route. De vols de voiture en agressions, les deux compères traversent la France sans but jusqu’à ce mettre d’accord sur un Mac Guffin, un but ultime. Si pour eux le projet et leurs intentions sont plus ou moins clair, ils laissent le lecteur sur le bord de la route le pouce levé et le pauvre lecteur de se demander pourquoi il s’est laissé entraîner dans cette galère. Si encore leurs tribulations nous amusaient, mais que nenni ! les situations s’enchaînent de façon absurde, sans queue ni tête ni tête à queue. Tout semble prétexte à la surenchère mais jamais l’auteur n’approfondie ses personnages ce qui nous laisse en surface. Ce manque de profondeur ne permet aucune empathie pour ces pseudos bandits de la route qui nous apparaissent juste comme deux gros betas attardées. On en vient à répéter « quand est-ce qu’on arrive ? ». Si l’auteur avait une idée en tête, elle est restée dans sa tête… Prenez une autre route.

 


 
 
posté le 09-04-2013 à 19:31:20

Le pouce de l’ingénieur, Sir Arthur Conan Doyle

Genre : Policier jeunesse

 

Quatrième de couverture :

En pleine nuit, le docteur Watson reçoit la visite d'un jeune homme à la main ensanglantée. On lui a tranché le pouce, prétend-il. Une histoire tellement extraordinaire que la police ne voudra pas le croire. Intrigué, Watson le conduit chez son ami, le célèbre détective Sherlock Holmes. Les trois hommes s'engagent alors dans une trépidante enquête...

 

Mon avis :

Watson reçoit dans son cabinet un expert en hydraulique à la main ensanglanté. Son pouce a été tranché. Watson, après avoir soigné sa main blessé, emmène le jeune homme auprès de Sherlock Holmes. Là, le jeune homme raconte une nuit dont il a failli ne pas réchapper. Le texte est court mais le vocabulaire soutenu. Si l’intrigue est simple, le sens de l’à-propos de Sherlock Holmes fait mouche. On est bien tenu par la déposition du jeune homme et par le mystère qui en émane. Un agréable moment de lecture, c’est élémentaire me direz-vous.

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article